POURQUOI UN COLLECTIF ?

Depuis la création de l’association en 1984, l’équipe salariée et le conseil d’administration ont su évoluer en s’adaptant aux besoins et aux réalités du marché, dans le respect des exigences du réseau Biocoop et des valeurs humaines chères aux adhérents.
Ce parcours lui a permis d’incarner des valeurs fortes et de mettre en œuvre avec succès les principes de l’économie sociale et solidaire (E.S.S), à savoir : recherche d’utilité publique, gouvernance démocratique et primauté des individus sur le capital.

Lors de l’Assemblée Générale de septembre 2017, les mandats de plusieurs administrateurs, sont renouvelés et le nouveau conseil d’administration élit à son tour un nouveau président : Thibault Derveaux. En l’espace de quelques mois une petite majorité du CA (58%) ne partage plus ces priorités !

En quoi ces valeurs sont-elles compromises ?

  • Non respect des engagements, auprès des adhérents et des salariés, du Président Thibault DERVEAUX élu à la dernière AG de septembre 2017, pour accompagner la transformation de l’association vers un autre statut juridique issu de l’ESS (société coopérative uniquement) et initié en 2016 par son prédécesseur.
  • Décisions prises contre l’avis de l’ensemble des 23 salariés, codirection comprise, qui ont pourtant la parfaite connaissance du terrain, les compétences et l’expérience de la gestion au quotidien !
  • Ont été votées, en l’espace de 6 mois, des résolutions capitales non prévues à l’ordre du jour des conseils et sans information préalable ! parmi les plus importantes  :
    – abandon du projet d’évolution du statut juridique
    – refus de consulter les adhérents en Assemblée Générale Extraordinaire
    – validation d’un projet d’essaimage à Mazan, avec autorisation de signature d’un compromis de vente et d’un emprunt pour l’achat d’un local (total du projet 785 000€)
  • Décision de se séparer de la codirection, binôme en place depuis une quinzaine d’années (pendant les congés du codirecteur et sans mise à l’ordre du jour)
  • Conseils d’administration menés par le président qui propose des projets élaborés avec certains administrateurs uniquement au cours de réunions officieuses. 42% des administrateurs n’ont pas accès aux informations.
  • Modification du règlement intérieur supprimant la validation des embauches par la codirection, au profit du bureau
  • Non prise en compte des préconisations du réseau BIOCOOP, notamment sur l’importance de la transmission de la direction du magasin (retraite prévue pour 2020 avec programme de transmission déjà engagé)
  • Déni du principe de transparence concernant un projet qui engage l’avenir de la structure et des 23 familles des salariés. En effet, le président refuse de :
    – communiquer ses sources, malgré les nombreuses demandes formulées en conseil d’administration et par mail
    – de constituer un groupe de travail mixte (administrateurs salariés et non salariés)
    – communiquer la fiche projet destinée au réseau Biocoop concernant la faisabilité du projet d’essaimage à Mazan.

Les membres du personnel hésitent désormais à exprimer leur désapprobation, de peur d’être licenciés. Leur droit d’expression est bafoué, avec notamment l’interdiction d’user de leur droit de réponse sur les communications du président qui les met en cause !

Devant cette situation, devant les incohérences inhérentes au projet d’essaimage, devant les pratiques du CA, la forme et le contenu des votes proposés, devant la décision de licenciement abusif de la codirection, l’ensemble des salariés et une partie des administrateurs non-salariés ainsi qu’un grand nombre d’adhérents sont très inquiets :
Les valeurs historiques de l’Auzonne, sa santé financière et ses emplois sont menacés.

Les salariés sont très attachés à ces valeurs et n’envisagent pas de travailler autrement. Elles ont fait le succès de l’Auzonne, elles contribueront à créer le monde dans lequel nous voulons vivre !

Un collectif d’adhérents vigilants est né de ces constatations et souhaite rétablir la transparence et la communication au cœur du fonctionnement de l’association :

LES ADHÉRENTS VEULENT S’EXPRIMER, DÉBATTRE ET PARTICIPER A L’AVENIR ET LA PÉRENNITÉ DE LEUR MAGASIN ASSOCIATIF !

Après plusieurs actions en justice, 2 grèves des salariés et la spectaculaire mobilisation des adhérents lors de l’Assemblée Générale Extraordinaire du 23 avril 2019, le conseil d’administration est désavoué et destitué dans son intégralité ! Un conseil transitoire est alors élu et chargé, entre autres, d’organiser l’assemblée Générale Ordinaire concernant l’exercice 2017 que le précédent conseil a toujours refusé de tenir.

Aujourd’hui, composé uniquement d’adhérents de l’association, Le Collectif se veut ainsi l’interface vigilante entre conseil d’administration et adhérents et entend bien jouer son rôle de lanceur d’alerte si le besoin s’en faisait sentir… Nos actions et notre capacité de mobilisation ont récemment montré notre efficacité. Bienvenue au Collectif !