La Provence 29/11/2018

La Provence 29/11/2018

L'analyse du Collectif :

Des accusations contestées par Thibault Derveaux, qui réfute avoir menacé des salariés : « Nous réfléchissons à une réponse à apporter, non pas à leur revendications mais à leurs plaintes. Dans ma dernière lettre, je parle en effet d’une tentative de fraude mais je n’ai jamais mis en cause un salarié. »

Pas de menaces ?
Plusieurs témoignages confirment cette triste vérité. Des menaces de licenciement ont bel et bien été proférées à l’encontre des salariés.
Une réponse ? oui mais…
Une grève à l’Auzonne… la première depuis la création de l’association, voilà l’expression incontestable  du profond malaise qui y existe ! Cette grève est, bien entendu, accompagnée de revendications. Eh bien non, il n’y a pas de réponse à y apporter, pourquoi s’en soucier…
Pas de salariés mis en cause ?
Pourtant dans la dernière lettre du président on peut lire :

« Ces adhérents ont été ‘’inscrits’’ par une personne qui a accès au système informatique du magasin. »

Réfléchissons : qui a accès au système informatique du magasin ? les salariés évidemment et le président bien sûr… Si aucun salarié n’est mis en cause, qui cela peut-il être ?
Il est facile de deviner que cette communication outrancière n’a pas d’autre but que de décrédibiliser les salariés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.