Assignation ou lettre du président ?

L'analyse du Collectif :

Voilà un article bien surprenant !

Un titre qui interpelle : « Nous ne sommes pas assignés  » suivi d’un article qui ressemble à s’y méprendre à la toute dernière lettre du président avec en conclusion quelques lignes sur le sujet annoncé : pas d’assignation !

Finalement de quoi parle t’on ? Il est clair que le président de l’association continue sa campagne de dénigrement envers les salariés et des adhérents qui ne partagent pas ses opinions à travers une synthèse de la lettre mensuelle qu’il vient d’expédier a tous les adhérents. Au lieu d’attiser les vieilles rancœurs et maintenant que la justice à désigné un mandataire ad hoc pour s’en occuper, ne serait-il pas plus constructif de travailler sur l’organisation de cette Assemblée Générale Ordinaire que tout le monde attend avec impatience et depuis si longtemps ?

Il est révoltant de constater combien les préoccupations du président sont loin des valeurs de l’Économie Sociale et Solidaire qui n’auraient jamais du quitter notre association !

Il revient sur les deux grèves consécutives qu’à connues l’Auzonne : 7 jours fin novembre et 5 jours fin janvier. « Elles ont fortement dégradé la situation économique de notre association »

Voilà ce qui s’appelle une analyse bien pertinente de la situation…
Une seule préoccupation : l’impact financier !
Pourquoi ne pas communiquer sur les raisons de ces 2 mouvements ? (grève de fin novembre ici et grève de fin janvier ici).  Les motifs sont graves, justifiés et souvent récurrents.
Pourquoi refuser à chaque grève de rencontrer les salariés et en profiter pour trouver des solutions ?
Pourquoi ne pas vouloir les écouter et encore moins les entendre ?
Une simple réunion de salariés pour régler des problèmes de fond aussi importants ? de qui se moque t’on ?

Pour le président, le but de ces opposants est clair : « ces personnes veulent mettre la main sur l’association »

Le Collectif (avec bien sûr, une partie des salariés !) est donc tout désigné comme responsable de ce marasme insondable ! plus de 500 membres auraient donc choisi de « mettre la main » sur l’association ? Au demeurant ces 500 membres sont adhérents et donc déjà partie prenante et fondateurs de l’association… tous bénévoles, eux aussi !
Rappelons une fois de plus que les membres du conseil d’administration, ne sont que de simples administrateurs, élus par les adhérents dans le but de gérer les affaires courantes et qui ont des comptes à leur rendre ! Les décisions politiques sont votées et validées par les adhérents et par eux seuls. La majorité d’entre-eux semble l’avoir oublié.

« Suite aux troubles déjà violents du dernier trimestre, nous avons constaté début décembre l’impossibilité de tenir une assemblée générale dans des conditions normales… »

Personne n’est dupe sur les raisons qui sont à l’origine de l’annulation de l’AGE de décembre et sur le refus de tenir l’AGO dans les délais légaux. Une fois encore, l’origine des troubles violents est clairement identifiée… l’arbre qui cache la forêt !  Voilà de quoi nous rassurer…

« …Une personne préposée assiste maintenant le conseil d’administration pour mettre en place une assemblée générale et régulariser ce qui doit l’être « 

C’est bien de reconnaitre enfin qu’il y a des choses à régulariser… Voilà un an maintenant que sont dénoncées de multiples irrégularités ! C’est aussi une bonne chose que le tribunal de grande instance de Carpentras ait désigné un mandataire ad’hoc, bien que certains administrateurs n’aient pas eu connaissance de ces informations pour lesquelles leur validation aurait du être sollicitée. Voilà quelques initiatives nous laissant espérer un retour rapide à une situation permettant aux adhérents de pouvoir s’exprimer et décider de leurs choix. On ne peut que regretter, d’autant plus, la récente tentative de radiation des trois administrateurs « opposants ».

…Biocoop annonçait son intention d’assigner en justice l’Auzonne pour l’obliger à tenir une assemblée générale. « Nous n’avons pas été assignés » affirme le président de l’Auzonne.

On aborde, enfin, ce qui semblait l’annonce principale de cet article. La lecture de  l’article de Vaucluse-matin du 29/01/2019  est pourtant édifiante. Il débute ainsi :
 » La direction nationale de Biocoop s’inquiète de la situation de l’Auzonne à Carpentras, en grève depuis jeudi, et vient d’annoncer qu’elle assignait en référé pour débloquer la situation »
La source de cet article est clairement identifiée comme « la direction nationale de Biocoop » et on n’imagine pas le journaliste, auteur de cet article, ne pas retranscrire correctement une telle information. De même, nous n’avons lu nulle part un quelconque démenti de la part de Biocoop. Tout porte à croire que l’Auzonne a bel et bien été assignée en référé !

A la lecture des autres informations contenues dans cet article, nous informant de la nomination d’un mandataire judiciaire pour superviser l’organisation d’une assemblée générale et de l’objet du référé de la direction nationale de Biocoop étant l’organisation d’une AGO, il n’est pas impossible d’envisager que les deux actions en justice se soient « télescopées », générant ainsi un doublon conduisant Biocoop à retirer son référé. Il aurait été plus honnête, dans un tel scénario, de fournir les bonnes explications tout de suite pour rendre les choses plus compréhensibles, ce n’était apparemment pas le but recherché…

Pour sa part le Collectif a suspendu sa campagne de signature de la pétition papier concernant l’organisation d’une AGO au plus vite, le but souhaité étant obtenu par la nomination du mandataire ad hoc désigné pour cela.

 

Mise à jour du 25 février 2019 :

Non, l’assignation de Biocoop n’est pas une rumeur. Voici un extrait du courrier reçu par une adhérente qui a demandé des explications à ce sujet à Biocoop via son Service Clients :

« Nous avons effectivement effectué cette assignation. Cependant, nous avons appris par l’intermédiaire de nos avocats que la même démarche avait été effectuée par le président de l’association et qu’un administrateur temporaire avait été désigné par le tribunal. Notre assignation étant donc devenue caduque, nous l’avons retirée. Nous laissons la justice suivre son cours et comme vous, nous attendons la tenue d’une assemblée générale ordinaire, laquelle nous l’espérons, rétablira la légitimité d’un conseil d’administration et remettra le magasin Biocoop l’Auzonne en ordre de marche dans le calme et la sérénité. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.